Skip to content

Villeneuve-lès-Bouloc

Sections
Personal tools
You are here: Home » Les actus de Villeneuve-les-Bouloc.org » Les actus 2009 » Le tracé du TGV dans le frontonnais

Le tracé du TGV dans le frontonnais

Les élus rassurent les vignerons : « On ne touchera pas au vignoble de même que l'on préservera la forêt de Montech dans le Tarn-et-Garonne ». Mais à Saint Jory, des riverains s'inquiètent ...


Entre Toulouse et Bordeaux, le TGV roulera à 360 km/h, sur un tout petit tronçon qui se limite à vingt kilomètres de ligne grande vitesse, entre le Frontonnais et Montauban. Mais ces petits vingt kilomètres qui mettront la Ville rose à 3 heures de Paris, à l'horizon 2020, ne font pas, d'ores et déjà, l'unanimité. En effet, alors que le choix du tracé s'accélère avec une nouvelle concertation hier à la préfecture, entre Réseau Ferré de France (RFF), l'État, et la Communauté urbaine du grand Toulouse, au même moment, une association de quartier manifeste ses inquiétudes à Saint-Jory. « Nous sommes situés au point de convergence des études en cours. Quel que soit le tracé définitif, nous savons que cette liaison va changer notre environnement », observe l'association Les Martres en ajoutant : « Certes, nous comprenons l'intérêt que représente l'arrivée du TGV. Cependant nous redoutons de devoir vivre un jour dans le bruit des trains qui passent à proximité de nos maisons ». On se souvient de la mobilisation anti aéroport dans le nord de Toulouse, il y a peu, et les acteurs du TGV y pensent forcément, en se demandant, si une nouvelle fronde ne va pas gagner de Bouloc à Castelnau d'Estrétefonds, en passant par Grenade, Lespinasse, Villaudric Saint-Sauveur etc.

À l'ouest du vignoble

Sur le futur tracé du TGV, la Communauté urbaine du grand Toulouse espère limiter d'autres « nuisances », avant l'ouverture de la ligne. Habitations ou terrains agricoles, c'est probable, certains disparaîtront du paysage. « Il y aura forcément des expropriations, mais en nombre limité car il s'agit de concilier, les intérêts particuliers avec l'intérêt général », explique Bernard Marquié, élu en charge de la mobilité et des déplacements, à Toulouse. L'élu toulousain, s'exprime au nom de Pierre Cohen, président de la Communauté urbaine du grand Toulouse, et en revanche, il apporte de bonnes nouvelles, aux vignerons de Fronton. « On ne touchera pas au vignoble de même que l'on préservera la forêt de Montech dans le Tarn- et-Garonne », assure-t-il en évoquant une ligne qui passera « plus à l'ouest, en suivant le plus possible le canal latéral de la Garonne ».

Une nouvelle gare à proximité de Bressols

De même, « on ne saurait remettre en question la plate-forme Eurocentre de fret de Castelnau d'Estrétefonds », ajoute celui-ci. Enfin, dans le département, pour prendre le TGV, il faudra se rendre à la gare Matabiau, ou pour les communes du nord de Toulouse, à Montauban, où une nouvelle gare va être construite au sud de la ville, vers Bressols. Pour l'heure, d'autres questions se posent aux cabinets d'étude : comme une ligne à grande vitesse qui dans l'idéal devrait éviter au maximum, les courbes qui supposent la construction d'ouvrages d'art et filer de préférence en ligne droite. Les caractéristiques du relief, l'urbanisme et la vie économique pèseront sur le tracé définitif.

La Ville rose à trois heures de Paris

Depuis des décennies, presque tout le monde en rêve dans la région. Le projet d'ouverture de la ligne grande vitesse sera concrétisé au mieux en 2020, ou 2018, pour les prévisions les plus optimistes.

Trois millions de voyageurs

Les Grands projets du Sud-Ouest (GPSO) regroupent les deux futures lignes Bordeaux Espagne et Bordeaux Toulouse qui seront reliées par un tronc commun. À terme, le temps de trajet entre Bordeaux et Madrid sur 250 à 260 km, sera ramené à 3 h 30, et 7 à 8 millions de voyageurs sont prévus dans ce sens à l'horizon 2 020. Quant à la ligne grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse, elle représente 200 km de long et les estimations du trafic voyageur sont de l'ordre de 2,9 millions à 3 millions par an. Le coût d'un tel investissement a été chiffré à 2,8 à 2,9 milliards d'euros pour le tronçon Bordeaux Toulouse, avec un engagement des régions et des départements à hauteur de 50 %.

Source : La Dépêche du Midi

Voir aussi : le site http://www.gpso.fr

Created by mcournarie
Last modified 2009-12-10 10:17
 

Powered by Plone